| Qui sommes-nous ? | Adhésions | Plan du site | Rechercher | Admin |
| Accueil | Les nouvelles |
Interview de Pierre Faraggi par l’APM
HPST : Les médecins hospitaliers sont marginalisés
samedi 28 mai 2011

Lundi 23 mai 2011 - 10:54
Les médecins hospitaliers sont marginalisés, déplore le président de la CPH
PARIS, 23 mai 2011 (APM) - L’application de la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST) et le nouveau statut des médecins hospitaliers ont provoqué un phénomène de marginalisation de ce corps dans les hôpitaux, a déploré vendredi le président de la Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH), Pierre Faraggi, interrogé par l’APM à l’occasion des premières rencontres professionnelles organisées par la CPH à Paris.

Cette tendance se vérifie, selon lui, avec la forte participation à ces rencontres qui ont rassemblé plus de 200 praticiens, et par les témoignages ou interrogations exprimées tout au long de la journée.

Les témoignages exprimés montrent que les médecins souffrent d’un "empilement de leurs tâches, d’une surcharge de leur activité sans moyen supplémentaire et d’un manque de visibilité", a relaté Pierre Faraggi à l’APM.

Alors qu’ils jouent un rôle important dans les hôpitaux, ils se sont faits "déposséder des quelques manettes dont ils disposaient encore à travers les commissions médicales d’établissement (CME)", a-t-il regretté en faisant référence au décret sur le nouveau rôle de la CME pris à la suite de la loi HPST, publié en mai 2010 (cf dépêche APM CBNDJ002).

De même, les nouvelles procédures de nomination par le directeur de l’établissement sur proposition du chef de pôle traduisent aussi une "perte d’indépendance" et créent une "hiérarchie médicale" qui n’existait pas auparavant.

Le président de la CPH précise qu’il demandera une nouvelle fois le retrait des décrets sur les CME et sur le statut lors d’une nouvelle rencontre entre le ministre de la santé Xavier Bertrand et les présidents des quatre intersyndicats de praticiens, prévue mercredi 15 juin.

Pierre Faraggi souhaite également que la mission sur l’exercice médical à l’hôpital, mise en place en octobre 2010 (cf dépêche APM CBODE002) et conduite par la directrice du Centre national de gestion avec la direction générale de l’offre de soins (DGOS), reçoive les présidents des quatre intersyndicats à l’issue des tables-rondes actuellement organisées.

Les conclusions de cette mission doivent être rendues cet été, rappelle-t-on.

Le président de la CPH précise que différentes questions ont déjà été abordées avec Annie Podeur, directrice de la DGOS, lors de sa rencontre avec le "groupe contact", rassemblant les présidents des intersyndicats, le 10 mai.

ACTIVITE D’EXPERT JUDICIAIRE : UN MORATOIRE AURAIT ETE DECIDE

Parmi les questions qui ont été évoquées, figurent celles sur les nouvelles attributions de la CME, les comptes épargne temps (CET), la concertation entre les représentants des praticiens hospitaliers et les agences régionales de santé (ARS), jugée insuffisante par les organisations professionnelles, ainsi que celle sur les expertises judiciaires réalisées par les PH sur leur temps de travail (cf dépêche APM HMNL8003).

Sur le dernier point, Annie Podeur aurait annoncé un "moratoire" sur la mise en oeuvre des dispositions du décret du 29 septembre 2010 modifiant le statut des praticiens hospitaliers (PH) et risquant d’empêcher leurs activités d’expert judiciaire. Ces dispositions ont été contestées par plusieurs syndicats car elles soumettent ces activités à l’autorisation du directeur de l’établissement.

Elle aurait également annoncé le lancement d’une mission de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) destinée à mieux cibler cette activité.

Plusieurs syndicats ont déposé un recours devant le Conseil d’Etat contre les dispositions du décret, rappelle-t-on.

san/eh/APM polsan
redaction@apmnews.com

SNOEN001 23/05/2011 10:54 ACTU



Suivre la vie du site RSS | Accueil | Plan du site | Admin

Ce site est réalisé grâce au système de publication SPIP 2.1