| Qui sommes-nous ? | Adhésions | Plan du site | Rechercher | Admin |
| Accueil | Actions CPH | Lettres |
Réponse de François Hollande
vendredi 20 avril 2012

La CPH a adressé aux principaux candidats à la Présidence de la République, N. Sarkozy, F. Hollande, J.-L. Mélenchon, F. Bayrou et M. Le Pen, une lettre leur demandant de se positionner sur les thèmes qu’elle considère comme essentiels pour l’avenir de notre système public de santé. Nous vous avions promis de vous informer des retours. A ce jour, seul le candidat François Hollande nous a répondu. Voici sa lettre :

Paris, le 16 avril 2012

Monsieur le Président,

Vous m’avez fait parvenir les questions que la Confédération des Praticiens des Hôpitaux souhaite poser aux candidats à l’élection présidentielle.

Cet échange est pour moi l’occasion de rappeler l’importance que j’accorde à cet enjeu majeur qu’est la santé. Tous nos compatriotes sont confrontés, un jour ou l’autre, à la maladie, et tous doivent l’être par les politiques de prévention que nous devons conduire. La santé est dans nos sociétés contemporaines un facteur de progrès, de bien-être et de justice sociale.

Je connais l’attachement à ces valeurs des professionnels que vous représentez. Je mesure leur engagement au quotidien pour la santé de nos concitoyens et leur volonté de préserver et améliorer un système de santé qui demeure, malgré ses difficultés et les choix erronés de ces dernières années, l’un des meilleurs au monde.

Vous m’interrogez sur quatre thématiques, la tarification des établissements de santé, l’évolution de la démographie médicale, l’organisation de la permanence des soins et la place des médecins à l’hôpital.

Sur le financement des établissements de santé, vous le savez, j’ai annoncé que je reverrai le système de tarification à l’activité, qui ne peut constituer le seul étalon de financement. L’activité et les gains d’efficacité doivent rester un paramètre important, mais d’autres éléments doivent être mieux valorisés, pour limiter l’effet inflationniste de la tarification à l’activité. Surtout, il nous faut mieux reconnaître et mieux garantir la place et le rôle des missions de service public qu’assure l’hôpital.

Je souhaite un hôpital public de qualité, qui ne fonctionne pas sur les ressorts exclusifs du fonctionnement d’une entreprise et qui assure des missions sociales d’intérêt général. Si l’hôpital public n’a pas vocation à exercer un quelconque monopole ou une quelconque hégémonie, il doit disposer des moyens pour assurer les missions qui lui sont spécifiques.

Je mettrai également fin à l’exercice de convergence tarifaire entre le secteur public et le secteur privé. Je n’en partage pas la finalité, dès lors que les objectifs ne sont pas, et c’est légitime, les mêmes entre les deux secteurs et que ses modalités sont particulièrement peu transparentes.

S’agissant de l’évolution de la démographie médicale, vous savez qu’elle me préoccupe particulièrement. Je souhaite une offre de santé harmonieusement répartie sur nos territoires, à proximité des populations, y compris en zones urbaines difficiles et en zones rurales.

Je souhaite favoriser une meilleure répartition des médecins par la création de pôles de santé de proximité dans chaque territoire, qui pourront revêtir plusieurs formes (maisons de santé, centres de santé, structure adossée à un établissement de santé). Je veux également limiter les installations dans les zones sur-denses, par la négociation avec les professionnels. Enfin, je fixerai un délai maximum d’une demi-heure pour accéder aux soins d’urgence.

Les missions de service public devront être accomplies dans les meilleures conditions au plus proche des populations, par des établissements s’engageant résolument dans cette démarche, notamment pour assurer la permanence des soins.

C’est pour cette raison notamment que la question de la démographie médicale ne saurait se résumer uniquement à celle de la présence territoriale des professionnels libéraux : combien d’établissements de santé sont ou seront demain menacés dans leur existence même du fait de difficultés liées aux départs non remplacés de praticiens hospitaliers ?

C’est pour cette raison également, et c’est votre troisième préoccupation, que je partage votre volonté d’une organisation la plus pertinente possible de la permanence des soins.

Naturellement, les agences régionales de santé, dont ce sera la responsabilité, devront prendre en compte les spécificités locales et assurer un continuum entre permanence des soins ambulatoires, urgences et permanences des soins en établissement de santé. Il ne s’agira pas nécessairement de promouvoir un modèle unique mais de trouver sur chaque territoire les meilleures solutions en termes de qualité et d’efficience de la prise en charge, évitant un cloisonnement inutile entre la ville et l’hôpital.

Enfin, vous soulignez le rôle et la place des médecins hospitaliers, indiquant à quel point ils ont été « maltraités » pendant le dernier quinquennat. Naturellement, je veillerai à ce que les professionnels de santé hospitaliers, en particulier les médecins, soient pleinement reconnus, car sans eux, aucune politique de santé ne peut être conduite efficacement.

La loi HPST a poussé à l’extrême la logique de défiance à votre égard. Non seulement elle a effacé de la loi la notion même de SP hospitalier, mais elle a réduit à la portion congrue le poids des médecins.

Je ne crois pas que l’on puisse faire de la médecine sans médecins, ni faire fonctionner l’hôpital public sans personnel hospitalier. Je souhaite donc qu’une autre démarche s’engage, et qu’à la défiance se substitue une politique de confiance.

Le service public hospitalier ne pourra vivre qu’à ce prix et c’est dans cette logique de confiance que je souhaite que nous travaillions ensemble pour trouver ensemble les voies de modernisation et d’amélioration de notre système de santé.

Restant à votre disposition pour poursuivre ces échanges, je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma plus sincère considération.

François HOLLANDE
59, avenue de Ségur 75007 Paris
Tel. 01 56 58 90 40
cab@francoishollande.fr



Suivre la vie du site RSS | Accueil | Plan du site | Admin

Ce site est réalisé grâce au système de publication SPIP 2.1